Comme vous avez pu le constater, je n’ai pas pondu de 2ème truc artistique ce mois-ci sur mon compte Patreon. J’ai eu une fin de mois assez intense. J’aurais dû vous en parler plus tôt, mais j’avais peur, et la peur fait partie du problème.

Commençons par les bonnes nouvelles. FIN DE BAC!!! J’ai fini mon bac universitaire en Bande dessinée, ce qui fait de moi une personne pleinement qualifié pour faire mon web-comic. (en autre) En théorie. Je n’avais qu’un seul cours à finir, et c’est fait. Avec un peu de retard, mais c’est fait. Normalement je devrais crier de joie, mais je ne ressens pas grand-chose, comme si je ne le réalisais pas encore. C'est peut-être la dépression qui me ferme les yeux. Ou peut-être est-ce la peur de ne plus avoir ‘’mes petites roues’’? Enfin, j’imagine que d’en parler à haute voix (ou du moins, en CAPS), ça va m’aider à en prendre conscience. C’est important d’être fier de quelque chose. 

J’ai fait le grand ménage de mon appartement (parce que le proprio est suposer visiter le bloc) et mon défi c’est de le laisser beau jusqu’à mon déménagement en juin.

J’ai commencé à suivre une thérapie de groupe et prendre des médicaments pour ma santé mentale. Je savais que j’avais des problèmes de dépression et malgré aucun diagnostique officiel, je soupçonnais fortement des problèmes d’anxiété. Suite à un bref séjour à l’hôpital (rien de grave, je vous rassure), j’ai pu enfin rencontrer un psychiatre qui m’a confirmé que j’avais un trouble d’anxiété généralisé et ce depuis probablement la petite enfance. Oh joie. Et que j’avais bien fais d’aller chercher de l’aide avant que ma vie ne dégringole une fois de plus. Il m’a rassuré en me disant que bien que mon cas soit sévère, il est relativement simple à soigner. -> Avoir des bonnes habitudes de vie, une bonne hygiène mentale, faire de l’exercice, voir des gens, bien manger…

Plus facile à dire qu’à faire, on en a bien conscience!

C’est pourquoi il m’a chaudement recommandé de suivre une thérapie de groupe et m’as bien expliqué que les médicaments sont une béquille temporaire pour m’aider à me redresser. Une fois ‘’la nouvelle vie’’ mise en place, je n’aurai théoriquement plus besoin de médicaments. Je compte bien m’en débarrasser dès que possible! Tout ça me donne une certaine forme d’espoir, donc de force, pour mettre en place progressivement de nouveaux mécanismes pour une vraie guérison. Je n’avais jamais essayé de thérapie de groupe auparavant, comme je suis quelqu’un de bavard et lettré, ça me semble un bon plan. Surtout qu’il faut vraiment que je brise mon isolement. J’ai peur que ça ne me serve à rien, mais comme mon chum dit,’’ au pire, c’est gratuit’’.

C’est important que je me fasse plaisir, que j’arrête de culpabiliser sur tout et que je mette la barre des attentes au plus bas. Je dois apprenne à reconnaître les petites victoires et ainsi me construire une estime de soi.

Je vais laisser cet article relativement court et sans flafla parce que si je veux faire un truc trop ambitieux, je vais encore me dégonfler. J’voudrais vous raconter tellement de choses, mais je dois garder ça simple et diviser en petites portions.

J’aimerais remercier ceux et celles qui m’ont poussé pour que j’aille à l’hôpital, je sais que j’aurais probablement encore procrastiné si vous n’aviez pas été là pour me pousser un peu plus dans la bonne direction. Je devais agir, voilà c’est fait.  

On se croise les doigts, on essaie des choses.